Destination Brocéliande : un patrimoine culturel et naturel valorisé

Coridan et son partenaire InterSignal, société spécialisée dans la conception et la fabrication de mobiliers signalétiques et de panneaux d’information, ont équipé Brocéliande pour faire connaitre et mettre en valeur le patrimoine local, et surtout favoriser l’attractivité du territoire.

Pommeret (22) – Interview de Daniel Kempa, co-fondateur avec Corinne Gense de Coridan – Territoires à faire découvrir, (www.coridan.fr), éco-interprète, formateur en interprétation du patrimoine, auteur de plusieurs titres d’une collection d’ouvrages d’écotourisme pour le Conservatoire du littoral (collection Entre terre et mer) et du livre : Les arbres remarquables du Morbihan, ainsi que créateur de la ligne de mobiliers Brocéliande ci-dessous.

Signalétique créée pour la foret de Broceliande

Quelle était la problématique de la Communauté de communes de Brocéliande lorsqu’elle vous a sollicité ?

« La Communauté de Communes de Brocéliande fait appel à notre société en 2016 pour valoriser quatre sites patrimoniaux du massif forestier de Paimpont, la mythique forêt de Brocéliande, une des plus importantes destinations touristiques de Bretagne. La fréquentation touristique est sur ce territoire en croissance continue et peu d’informations sur site sont disponibles en dehors des offices de tourisme, des associations et d’Internet. La Communauté de communes de Brocéliande, qui se situe en Ille-et-Vilaine, se compose alors de 8 communes (Bréal-sous-Montfort, Plélan-le-Grand, Saint-Thurial, Paimpont, Maxent, Monterfil, Treffendel et Saint-Péran. »

Comment s’est déroulé le travail de conception des mobiliers signalétiques de Brocéliande ?

« La première étape a consisté à proposer un projet global avec la définition d’une gamme de mobiliers, d’une charte graphique et de contenus pour les sites du Val sans Retour, du Tombeau de Merlin, de la Fontaine de Barenton et de la Fontaine de Jouvence. Le parti-pris de la création de cette gamme de mobiliers et de cette charte graphique a été alors d’entrer en résonnance avec l’esprit des lieux de la forêt et de chaque site en particulier, comme nous procédons pour tout projet d’interprétation. » C’est ainsi que nous avons créé une ligne avec 3 types de mobiliers : une structure en forme de bannière, qui rappelle le gonfanon, signe de ralliement de la chevalerie à l’époque moyenâgeuse ; un pupitre onde de forme oscillante qui fait référence aux fontaines et sources très présentes sur Brocéliande ; et enfin la table en arc, à la croisée d’un pupitre et d’une table de lecture, qui est un clin d’œil à la table légendaire autour de laquelle se réunissaient le roi Arthur et ses chevaliers. Avec un sol riche en minerai de fer sur l’ensemble des sites, le matériau des mobiliers était une évidence : il fallait qu’il rappelle le substrat ferrugineux avec une teinte rouille. »

Vous concevez 2 nouveaux mobiliers actuellement, pouvez-vous nous en dire davantage ?

« Entre temps, l’organisation du territoire a changé, côté Morbihan, des communautés de communes ont fusionné pour donner naissance à Ploërmel Communauté qui œuvre pour une homogénéité territoriale quant à la valorisation du patrimoine et à une signalétique transversale, dans le cadre de Destination Brocéliande, une entité touristique à cheval sur 2 départements : Ille et-Vilaine et Morbihan. C’est dans cette perspective que nous développons deux nouveaux types mobiliers : le premier est un tabloïde ovale, avec une cartographie générale qui localise les principaux sites patrimoniaux du massif forestier de Paimpont. Outre les sites arthuriens sur lesquels nous avons déjà travaillé, viendront s’ajouter le Château de Comper, l’Église du Graal, le Jardin aux Moines qui est un site mégalithique, le Chêne à Guillotin, arbre remarquable pour lequel nous avons également créé le second mobilier, un totem-arbre longiligne avec une embase qui évoque le système racinaire. Nombre d’autres sites figureront sur cette carte. »

Quelle est votre méthode de travail pour valoriser un site patrimonial ?

« Sur ce type de projet, j’interviens tel un médiateur du patrimoine. Je suis ce que l’on pourrait appeler un « chef de projet en ingénierie culturelle », et la méthode de travail que nous avons mise en place chez Coridan s’appuie sur la construction de groupes de travail. Nous faisons appel aux plus éminents spécialistes du territoire : archéologues, historiens, écologues, paysagistes…, ainsi qu’à des passionnés, des érudits… de manière à être dans une véritable démarche participative.

Sur site, chacun porte un regard au travers du prisme de sa discipline et exprime sa représentation du lieu de manière à ce qu’il y ait une transversalité. Dans notre mission de mise en œuvre et de coordination générale, nous travaillons ensuite sur des scénarios, des maquettes et nous rédigeons les textes. Nous choisissons les meilleurs illustrateurs, comme Cyril Leroy qui a travaillé sur les illustrations de la signalétique de Brocéliande 1 et qui est un illustrateur de tout premier plan ayant reçu un premier prix national en illustration médiévale fantastique. »

Comment s’est orchestré la conception technique de l’ensemble de la signalétique ?

« En tant que créateurs, nous savons mettre en adéquation une ligne de mobiliers, un contenu éditorial, un matériau, et ce dans l’esprit d’une bonne intégration de l’ensemble à l’environnement, et dans le souci d’une bonne résistance au climat… Nous avons fourni à InterSignal des modèles et des plans en 2D de manière à affiner avec eux nos mobiliers sur un plan technique et vérifier que les solutions étaient bien en adéquation avec nos créations. Nous avons échangé jusqu’à obtenir un résultat satisfaisant, tant sur les coûts de fabrication que sur la technologie mise en œuvre.

InterSignal a trouvé les bonnes adaptations techniques en fonction de son savoir faire et a réussi à intégrer nos créations dans son process de fabrication. Ce partenariat s’est fait dans le temps et a nécessité un rapprochement, une connaissance mutuelle, et bien sûr une confiance. Sur les 3 mobiliers qui ont été installés depuis plus d’un an, nous sommes arrivés à des produits bien finalisés. »

Quels ont été les retours suite à l’inauguration de ces mobiliers atypiques ?

« Il nous fallait réussir à traduire les différentes interprétations, histoires et légendes qui existent sur ces thèmes depuis huit siècles, et de la manière la plus pertinente possible. Le but était de satisfaire notre commanditaire, les acteurs touristiques du territoire, dont les conteurs de Brocéliande.

Les retours sont très positifs.

Sur le fond, le sens, le style des textes et les illustrations, notre travail a été particulièrement bien accueilli, à notre grande joie. Sur la forme, le public et les collectivités ont été séduits par la ligne de mobilier, sa noblesse, sa discrétion, son adaptation au paysage avec les silhouettes et les couleurs choisies. Deux ans après, les mobiliers et les visuels ont une très bonne tenue, tant mécanique que graphique. »

Où en êtes-vous maintenant ?

« Nous sommes actuellement en pleine action avec notre groupe de travail initial formé en Ille-et Vilaine et qui s’est étoffé de personnes-ressources côté Morbihan. La dynamique Destination Brocéliande est bien engagée avec le décloisonnement des frontières administratives et la cohérence d’ensemble relative à notre travail partenarial, à notre ligne de mobiliers et à notre charte graphique transversales.

Rendez-vous cet été 2019 pour d’autres implantations signalétiques et de belles découvertes. »

InterSignal

Qui sommes-nous ? Nous sommes concepteur et fabricant de mobiliers signalétiques et de panneaux d’information.
Notre métier : Signaler, indiquer, orienter, informer.
Notre objectif : Donner à nos clients les moyens d’améliorer l’expérience visiteur.
Nos moyens : Des catalogues de produits standards : La capacité à concevoir et fabriquer du sur-mesure.
Les plus : Expertise, conseil et accompagnement.


Pour contacter InterSignal : 02 96 34 33 06 – contact@intersignal.fr
Pour contacter Daniel Kempa : 06 62 75 83 46 – coridan@orange.fr